KOSOVO DANS L’ÂME

Mots inscrits sur la stèle
de marbre de Kosovo
(Ces mots ont été écrits par le despote
serbe Stéfan Lazarevic, afin de sauver
de l’oubli le souvenir de la Bataille
de Kossovo et du sacrifice de son père,
le prince Lazar)

“Homme qui foules de tes pas la terre serbe,
que tu sois d’ailleurs ou de ce pays,
qui que tu sois et d’où que tu sois;
abordant ce champ appelé Kosovo,
quantité d’ossements sans vie –
désolation pétrifiée tu verras
et, au milieu en signe de croix
et comme un étendard érigé,
tu m’apercevras.
Ne passe pas outre en m’ignorant,
telle une chose vaine et vaniteuse, mais,
je t’en prie, viens et approche-toi, ô bien aimé,
considère les mots que je t’offre,
afin de comprendre la cause,
la raison et le sens de ma présence ici,
car en vérité je te le dis,
de même que l’inspiré en substance
je vous apprendrai ce qu’il fut.
Il fut ici, un grand souverain,
merveille de ce monde et monarque serbe,
appelé Lazar, le grand prince,
rempart vertueux de piété inébranlable,
étendue de connaissance
divine et profondeur
de sagesse, esprit ardent et protecteur
des étrangers nourricier des démunis et
compassion des humbles,
miséricorde des offensés
et consolateur, aimant tout
ce qui est la volonté du Christ.
Il se range à Ses côtés,
lui-même de son propre choix,
avec tous les siens,
innombrable multitude, guidés par son bras?
Hommes braves, hommes téméraires,
hommes véritables par leurs faits et gestes,
resplendissant comme les étoiles brillantes,
semblables à la terre
couverte des fleurs colorées,
parés d’or et ornés de pierre précieuses ;
multitudes de chevaux de choix sellés d’or
(leurs) splendides et magnifiques chevaliers.
Tel un bon pasteur et guide,
des très nobles et glorieux,
il conduit avec sagesse les agneaux du Logos,
Pour que, trouvant leur bonne fin dans le Christ,
de la couronne des martyrs s’étant rendus dignes, ils communient à la gloire céleste.
C’est ainsi que cette immense multitude,
avec leur bon et grand seigneur,
l’âme hardie et la foi inébranlable,
telle sur un festin somptueux
ou sur une selle d’apparat,
d’un même mouvement fondit sur l’ennemi,
écrasant le dragon véritable,
mettant à mort la bête féroce,
le puissant adversaire, l’Hadès instable,
le vorace Murat et son fils,
rejeton venimeux de la vipère,
le chiot du lion et de Chimère,
et beaucoup d’autres avec eux.
Ô prodige des desseins de Dieu !
L’intrépide martyre fut capturé
par les mains iniques des Agaréens,
et subit dignement lui-même l’épreuve finale,
devenant le martyre du Christ,
le grand prince Lazar.
Il fut décapité par la main de cet assassin,
le fils de Murat.

Stefan Lazarevic (1400-1404)

Ceci s’accomplit en l’an 6897 (1389),
indiction 12, au mois de juin le 15jour, mardi,
à la sixième ou la septième heure (12-13h),
je ne le sais,
Dieu le sait.