Roman

278_1

Le derviche et la mort

Auteur : Selimovic Mesa

PRIX : 11.00 €

Traduit  du serbo-croate par Mauricette Begic et Simone Meuris

La Bosnie, au XIXe siècle, est un pays musulman sous la domination turque. Ahmed Nurudin, cheikh d’un couvent de derviches Mevlevi, qui a mené jusqu’à la quarantaine une vie proche de la sainteté, est brusquement chassé de la paix : son jeune frère Harun a été arrêté par le cadi dont l’arbitraire est sans limites. Dans son désir de faire reconnaître l’innocence de son frère, le derviche est amené à se mêler de plus en plus activement aux affaires du monde, dont il s’était jusque-là tenu écarté. Lorsque son frère est mis à mort sans jugement, le désir de vengeance s’empare de lui et sa métamorphose commence…
Récit d’une déchéance morale qui coïncide avec la conquête du pouvoir, ce livre singulier est aussi un conte où ruse et sagesse, despotisme et générosité croisent leurs fils selon une complexité tout orientale.

Mesa Selimovic (1910-1082) (Mécha Selimovitch)
Ecrivain natif de Bosnie orientale. Styliste remarquable et penseur profond, Selimovic fut contraint, face aux contestations idéologiques tenaces en provenance de Bosnie, à réaffirmer en 1976 son appartenance au peuple et à la littérature serbes, dans un testament conservé aujourd’hui à l’Académie serbe des Sciences et des Arts:
“Je suis issu d’une famille musulmane de Bosnie, mais je suis serbe par mon appartenance nationale. J’appartiens à la littérature serbe, alors que je considère le secteur de la création littéraire en Bosnie-Herzégovine, dont je fais également partie, comme une référence culturelle natale, et non comme une littérature particulière de langue serbo-croate…J’appartiens, donc à la nation serbe et à la littérature de Vuk (Karadzic), Matavulj, Stevan Sremac, Borisav Stankovic, et n’ai pas besoin de prouver ma parenté avec eux.”