Roman

152_1

Les spéculations de Kyr-Siméon

Auteur : Pekic Borislav

PRIX : 25.00 €

Traduit du serbe par
Tous avaient tenté, à un certain moment, d’échapper à la Firme, mais ils avaient fini, tôt ou tard, par revenir en son giron maternel. La Firme était toujours la plus forte. Elle régissait, tel un tyran impitoyable, leurs pensées, leurs agissements, leurs sentiments, tout ce par quoi ils se distinguaient des animaux. Elle était devenue la prémisse essentielle de leur condition humaine. Tel un Moloch impassible, elle digérait leurs révoltes insensées et, quoi qu’ils fissent pour lui échapper, les ramenait toujours à elle, dans ses entrailles brûlantes, comme les victimes immolées au dieu du commerce à Carthage. Elle les attelait à son char doré. Siméon ri avait pu sen défendre, même en se réfugiant sous une forme chevaline. Car la Firme, c’était eux, justement, tous ces Siméon défunts et dont l’âme n’avait pas encore trouvé le repos. Leur désir d’accumuler, leur soif de posséder se condensaient en Siméon, prenant le contrôle de tout son être. Energie ne faisait alors plus qu’un avec la matière, l’idée avec la marchandise. Et l’on ne pouvait rien contre. Rien n’aurait pu ramener cette nouvelle divinité, invisible et inconnue, à l’obéissance et à la modération.
Deuxième registre – après La Toison d’or d’une fantasmagorie littéraire qui déroule le destin de l’homme dans l’histoire tourmentée des Balkans, ce volume retrace les insurrections serbes, la formation de la Yougoslavie et la constitution d’une classe bourgeoise à travers la quête marchande d’une famille serbe d’origine aroumaine. Or on voit la lutte pour la survie se transformer en une course effrénée pour l’accumulation de profits.