Documents & Témoignages

21_1

On assassine un peuple

Auteur : Barriot Patrick & Crépin Ève

PRIX : €

« Mon nom est Patrick Barriot. Je n’ai pas besoin de pseudonyme pour dénoncer les bourreaux et les calomniateurs du peuple serbe » : c’est par ces mots que débute ce témoignage, qui répond, à plus d’un siècle de distance, au cri de révolte de Victor Hugochoisi pour titre à cet ouvrage : « On assassine un peuple ! »
Le grand écrivain déjà s’était dressé, seul, pour fustiger l’hypocrisie et l’indifférence des gouvernements européens face au massacre du peuple serbe par les Turcs. Témoin de semblables souffrances, dans une guerre attisée par les mêmes puissances, Patrick Barriot livre un plaidoyer encore plus terrible : ce n’est plus d’indifférence, mais de com­plicité qu’il s’agit ! Complicité frivole et bien pensante dans la conspiration, l’isolement et peut-être la destruction d’un peuple par les nouveaux maîtres de la planète, régisseurs de la bonne conscience mondiale… et des réseaux d’information.
Médecin-colonel de l’armée française, Patrick Barriot a servi dans la Krajina serbe, auprès d’un bataillon de casques bleus où Eve Crépin était infirmière. Découvrant la solitude et la détresse de la population serbe, comparant leur expérience vécue avec l’imagerie sommaire diffusée par les médias, ils ont pris fait et cause pour ce peuple monstrueusement calomnié.
Ce livre était en cours de rédaction lorsque s’est produite l’agression croate contre la Krajina. En quelques jours, des milliers de civils étaient exterminés par des bombardements aveugles, et cinq siècles de présence serbe dans cette région étaient anéantis. Trois évêchés de l’Eglise orthodoxe ont été éradiqués, églises et monastères étaient saccagés et détruits. Les réfugiés étaient lapidés, torturés ou assassinés sous les yeux des casques bleus, et même mitraillés d’avion…
Précédée d’une incompréhensible bénédiction papale pour la « guerre juste » contre des chrétiens orthodoxes, cette opération de « nettoyage ethnique », la plus féroce qu’ait connue l’Europe depuis la II guerre mondiale, n’a rencontré en Occident qu’indignations de forme et félicitations : au terme de cinq années de matraquage des cons­ciences, assassiner des Serbes, coupables ou non, n’est plus considéré comme un crime ! Dans ce livre très documenté, Patrick Barriot montre aussi par quels conditionnements cyniques de l’opinion on a pu en arriver à un tel obscurcissement de la morale civilisée.